03 74 09 46 80
contact@redaction-texte.fr

Actualités

Google Adwords 2018 : comment en tirer profit ?

Adwords est un programme affilié à Google et destiné à la publicité digitale. Une publicité Adwords a la même finalité que le référencement naturel qui est d’optimiser la visibilité d’une page Web. Toutefois, les principes et le fonctionnement sont différents.

Un aperçu des fonctionnalités de ce programme et de son utilisation pour améliorer la notoriété de vos pages Web.

Qu’est-ce que Google Adwords ?

Adwords vient de la contraction de deux mots, qui donne déjà une idée de son objectif : ad (advertising) pour publicité et words pour mots. Créé en 2000 aux Etats-Unis, il s’agit d’un système de publicité ciblé, qui permet à une page Web de s’afficher lorsqu’un internaute effectue une requête à la base d’un mot clef y afférent.

Ce programme donne aux entreprises la possibilité de créer, de diffuser et de gérer des publicités digitales. Celles-ci seront affichées dans les pages de résultats de Google ou de ses partenaires, sur Gmail, sur le réseau Display ou encore sur des applications mobiles signées Google.

Comment Adwords fonctionne-t-il ?

Les publicités Adwords sont des annonces ciblées. Elles sont donc choisies en fonction d’un mot clef déterminé. Elles sont également payantes. Voilà pourquoi, on parle de liens sponsorisés ou de référencement payant (SEA – Search Engine Advertising).

Le choix du mot clef sous Adwords

Le mot clef est à la base du fonctionnement et de la réussite d’une campagne Adwords. C’est à travers celui-ci que l’annonce s’affichera lors d’une requête.

Vous devez donc commencer par choisir des mots ou des expressions qui se retrouveront dans votre annonce. Pour vous positionner sur ces mots clefs, vous devez les acheter suivant un système d’enchère.

Les enchères Adwords, comment ça marche ?

Pour un mot clef que vous utilisez dans une annonce, un coût y est associé, le coût maximal que vous serez prêt à payer. Selon le mode de facturation choisi, vous devez le payer soit par le nombre de clics, de vues ou de conversion. Ainsi, 4 systèmes d’enchères sont possibles pour une campagne Adwords :

  • Le coût par clic (CPC) : le montant maximal que vous serez prêt à payer lorsqu’un internaute clique sur votre annonce ;
  • Le coût par mille impressions (CPM) : il s’agit de payer pour chaque millier de fois que l’annonce est diffusée et visible par les internautes. Ce mode de facturation est destiné aux annonces du réseau Display ;
  • Le coût par acquisition/conversion (CPA) : le coût à payer lorsqu’un visiteur effectue une action particulière une fois sur votre site Web, achat, inscription à une newsletter, etc.
  • Le coût par vue (CPV) : ce mode de facturation est valable pour les annonces en format vidéo ou diffusées dans ce type de contenu (bannières, cartes). Il s’agit de payer pour le visionnage de la vidéo ou pour toute forme d’interaction avec celle-ci (clic sur les incitations à l’action).

Pourquoi utiliser Adwords ?

Lorsqu’il s’agit d’assurer sa visibilité sur le Web, on a tendance à penser au référencement naturel. Il existe cependant des raisons pour lesquelles Adwords constitue une pratique indispensable qui doit venir en aide à votre stratégie SEO.

 

Un ciblage très précis grâce à Adwords

Adwords permet de vous positionner sur un mot clef bien déterminé. Vous serez donc en mesure de mettre en avant un ciblage pertinent.

Outre le mot clef qui correspond au sujet de recherche, Adwords donne également la possibilité de réaliser un ciblage à travers une localisation géographique, l’appareil utilisé par l’internaute ou encore le comportement et les habitudes de celui-ci.

Générer du trafic qualifé avec Adwords

Etant donné le ciblage qu’il est possible de réaliser avec Adwords, vos pages Web bénéficient donc d’un trafic qualifié. Effectivement, les annonces ne s’affichent que pour les requêtes qui correspondent de près aux mots clefs choisis.

Ainsi, vos pages seront proposées à des internautes qui ont un réel intérêt pour leur contenu.

Optimiser la visibilité d’un site rapidement

Comparées au référencement naturel, les annonces Adwords gagnent rapidement en notoriété sur le Web. Pour un même mot clef, vous serez en mesure de surpasser vos concurrents en misant sur les enchères et la qualité de vos annonces avec Adwords.

Le référencement payant est ainsi un levier capital pour lancer un nouveau site ou un nouveau produit. Et principalement si le mot clef est déjà largement utilisé. Le site ou le produit à promouvoir gagnera un meilleur positionnement sans avoir à attendre l’indexation des moteurs de recherches ni à faire face aux sites concurrents déjà indexés.

Géolocaliser ses offres sur les moteurs de recherche

Bien souvent, les recherches locales ont un taux de conversion plus élevé que celles réalisées d’une manière globale. Les consommateurs qui effectuent une recherche avec une localisation géographique précise ont généralement une appétence pour l’achat.

Adwords permet de réaliser un ciblage géographique précis au travers des mots clefs. Il utilise également l’adresse IP des internautes pour les localiser et présenter les résultats les plus pertinents.

 Profiter du remarketing avec Adwords

Le remarketing consiste en un ciblage des internautes en fonction de leur comportement, à travers le site ou le contenu qu’ils ont consulté par exemple. Il s’agit d’attirer l’attention de ceux-ci vers un élément en particulier ou de les inciter à réaliser une action précise.

On peut par exemple utiliser le remarketing pour proposer un produit de votre site à un internaute qui l’a quitté sans passer à l’achat.

Les campagnes de remarketing sont diffusées sur les plateformes partenaires de Google.

Un mode de paiement à la base des résultats obtenus

Le paiement se fait uniquement lorsque vous obtenez des résultats positifs. Si votre campagne Adwords ne reçoit aucun clic ou qu’il n’est pas visible auprès des cibles, vous n’aurez rien à payer.

Des résultats mesurables

Adwords propose des outils statistiques qui permettent de visualiser les retombées des campagnes mises en place. Des indicateurs tels que le coût moyen par clic, le taux de conversion, la fréquence de diffusion, ou le coût par acquisition sont ceux utilisés pour analyser la réussite de la campagne.

La rentabilité d’un mot clef est également vérifiable. Il suffit de calculer le ROI de la campagne.

Adwords, un levier redoutable pour devancer la concurrence

Adwords permet de surpasser facilement la concurrence. Avec un bon choix des mots clefs et un système d’enchère adapté, vous pouvez rapidement gagner un meilleur positionnement dans les pages de résultats.

Comment réussir sa campagne Adwords ?

Le positionnement d’une annonce Adwords dépend de deux éléments :

  • Le coût par clic maximal, le montant maximum que vous serez prêt à payer pour un mot clef ;
  • Le quality score, qui tient compte de la qualité de vos annonces, de vos mots clefs et de votre page de destination.

Le CPC max sera multiplié par le score de qualité pour obtenir l’Ad Rank, la position de l’annonce dans les pages de résultats.

Soit, AD RANK = CPC max X Quality score

Pour optimiser une campagne Adwords, il faut donc agir sur ces deux éléments, le coût par clic et le quality score. L’objectif étant d’avoir un meilleur Ad Rank.

Le quality score, un critère déterminant pour gagner un meilleur classement

Le quality score, ou score de qualité, renvoie à la qualité des annonces, des mots clefs et des pages de destination. Il est évalué sur une échelle de 1 à 10 et influe largement sur la position d’une annonce dans les résultats de recherche.

Google a mis en place le quality score (QS) pour éviter que la première position ne soit gagnée que par les entreprises proposant un coût par clic élevé. Ainsi, les techniques de référencement via Adwords finissent par rejoindre celles du SEO, en tenant compte de la qualité plutôt que du montant des enchères.

Ce niveau de qualité est déterminé par le taux de clics attendu, la pertinence de l’annonce ainsi que de la convivialité des pages de destination. Une annonce de bonne qualité associée à une page de destination pertinente donne un niveau de qualité élevé. L’ensemble permet de réduire les coûts par clic et d’avoir une meilleure position.

Bien choisir ses mots clefs pour obtenir un score de qualité élevé

Il va sans dire que plus le mot clef choisi correspond aux requêtes des internautes, plus l’annonce sera affichée dans les résultats de recherche. Toutefois, si vous payez par clic, vous devez opter pour un mot clef qui génère plus de clics que de visibilité. Vos annonces doivent donner à l’internaute l’envie d’aller sur la page de destination.

Ainsi, choisissez des mots clefs ciblés, qui sont souvent de longue traîne, exprimant les besoins réels de l’internaute. Contrairement aux mots clefs génériques, ceux-ci génèrent plus de clics étant donné qu’ils mettent en avant les véritables intentions des internautes.

Google tient compte de ce qu’il appelle le taux de clics attendu. Cet indicateur définit l’attractivité de l’annonce. Pour le moteur de recherche, plus une annonce est cliquée, plus elle est intéressante et correspond aux besoins des internautes. Elle obtiendra donc un meilleur positionnement.

Raison pour laquelle il est important de bien choisir les mots clefs. Une annonce avec un taux de clics élevé sera en effet bien vu par le moteur de recherche. Elle gagnera un meilleur score de qualité et se positionnera en première place dans les résultats.

La pertinence de l’annonce, un critère influant

Du point de vue de Google, une annonce pertinente est celle dont le contenu correspond aux mots clefs ciblés. En ce sens, l’occurrence du mot clef dans le message de l’annonce est également prise en compte.

Le mot clef ciblé doit être présent dans le titre, dans l’URL ainsi que dans le message de l’annonce. Cette pratique facilite la compréhension des moteurs de recherche, et également celle des internautes. Effectivement, une annonce qui contient le mot clef, faisant référence aux requêtes de ces derniers, sera susceptible de les attirer et de générer un taux de clics important.

Pour dire qu’une annonce pertinente contribue à vous positionner dans les premiers résultats. Elle favorise également la rentabilité de la campagne. Une annonce qui obtient plus de clics génère plus de visiteurs, et donc de potentiels clients.

Le contenu du site, un élément décisif pour la réussite d’une campagne Adwords

Troisième élément pris en compte dans le QS : le contenu du site.

Une annonce pertinente ne suffit à elle seule pour optimiser le QS. Si le contenu ne reflète pas le mot clef ciblé, vous aurez du mal à obtenir un meilleur classement.

Pour Google, le contenu de la page de destination doit parfaitement correspondre au message de l’annonce et aux mots clefs ciblés. Il doit être qualifié et original. Tout comme il doit être à forte valeur ajoutée pour le visiteur.

Google va analyser le contenu de la page de destination. Pour obtenir un meilleur score, celui-ci doit être lié au mot clef. L’objectif pour le moteur de recherche est de juger l’intérêt de la page pour les internautes.

De ce point de vue, les campagnes Adwords requiert le même travail de rédaction que le référencement naturel. Effectivement, les titres, les sous-titres ainsi que le contenu textuel sont tous vérifiés par Google. Il faut donc un contenu structuré et de qualité qui présente un réel intérêt tant pour ce dernier que pour les visiteurs. D’autant plus que le moteur de recherche prend en compte le temps passé par un visiteur sur la page de destination.

Un contenu à haute valeur ajoutée et un site qui se charge rapidement sont indispensables pour retenir les visiteurs sur le site.

Quel lien entre le quality score et le coût par clic ?

Le QS est un concept crucial pour la réussite et la rentabilité d’une campagne Adwords. Avec un score élevé, vous serez mieux classé. Vous serez également en mesure de réduire le coût par clic.

En effet, pour être en meilleure position, il faut un Ad Rank élevé. Pour ce faire, vous devez, soit augmenter le coût par clic maximal, soit faire en sorte d’obtenir un score de qualité élevé.

Toutefois, vous pouvez agir sur le second plutôt que sur le premier. L’idée est d’optimiser les mots clefs, l’annonce et la page de destination de sorte à augmenter le score de qualité. Vous pouvez ensuite vous permettre de miser sur un coût par clic moins élevé.

Avec un meilleur QS, vous pouvez être bien classé sans avoir à payer les clics très chers. De même, vous pouvez conserver le même montant pour les clics tout en optimisant votre positionnement dans les résultats de recherche.

Vous augmenterez, par la même occasion, le taux de clics et de conversion de votre site.

Tout l’intérêt d’un mot clef, d’une annonce et d’un contenu pertinents est donc clair !

Les nouvelles fonctionnalités Adwords à prendre en compte pour 2018 ?

Pour tirer le maximum de profits avec Google Adwords, il faut tenir compte des fonctionnalités proposées et les utiliser comme il se doit. Pour cette année, Google a rajouté quelques nouvelles extensions qui permettent de lancer des campagnes encore plus performantes :

  • L’extension promotion : elle permet de promouvoir une offre spécifique dans le contenu textuel de l’annonce. Une étiquette est présente dans celui-ci pour mettre en avant cette offre. Elle peut par exemple servir à mettre l’accent sur une réduction, une offre pour la Saint-Valentin ou Pâques, etc.
  • Le ciblage selon les audiences : grâce à sa nouvelle interface, Google Adwords propose un ciblage plus précis qu’avant. Ainsi, vous pouvez désormais ajouter ou exclure des prospects suivant leur numéro de téléphone et de leur adresse postale en plus de l’adresse e-mail. Ce qui permet un meilleur référencement local ;
  • Le ciblage selon le revenu : pour une campagne Adwords, il est à présent possible de définir les cibles suivant le revenu du foyer ;
  • Les Landing Pages Adwords : la section Landing Pages donne la possibilité d’optimiser les pages de destination des annonces pour le mobile. Un module « mobile friendly » permet de connaître le taux de clics venant des appareils mobiles. S’il est faible, il est possible de l’optimiser.

Ces fonctionnalités permettent d’aller encore plus loin dans la personnalisation des campagnes Adwords. Sans oublier la nouvelle interface qui donne accès à des informations relatives aux conversions obtenues de la journée et des appareils utilisés par les internautes.

7 règles à respecter pour optimiser son référencement naturel en 2018

Pour réussir en marketing digital, il faut déjà réussir son référencement Web. Cela semble évident, pour que votre site soit rentable, vous devez attirer des visiteurs. Et pour attirer des visiteurs, il faut bien apparaître dans les premiers résultats. Ou mieux, dans le triangle d’or de Google. Pour y parvenir, quelques techniques sont à mettre avant.

Améliorer son référencement demande de savoir mettre en œuvre les règles de base exigées par les moteurs de recherche. Des règles qui sont actualisées suivant les nouvelles pratiques qui apparaissent au niveau des consommateurs et des moteurs de recherche.

Quelles sont donc les tendances SEO à mettre en avant pour cette année 2018 ?

  1. La création de contenu en misant tant sur la qualité que sur la quantité

La création de contenu est une règle SEO que beaucoup se sont déjà tenus de respecter. Et pour cette année encore, elle reste une des règles et techniques qu’il faut absolument mettre en pratique.

Toutefois, les exigences en termes de qualité et de quantité sont de plus en plus élevées. Plus question d’avoir un site de contenu qui cherche simplement à être référencé. En effet, l’objectif pour les moteurs de recherche est de proposer aux internautes une page Web qui répond réellement à leurs besoins en termes de contenus. Ils mettent donc en avant les pages qui contiennent un contenu rédigé pour le lecteur plutôt que celles focalisées sur l’optimisation SEO.

Et dans cette même logique, la suroptimisation des mots clefs est également pénalisée. Effectivement, l’abus de mots clefs tue…le référencement.

L’essentiel est donc de mettre sur votre site un article de qualité, construit avec méthodologie.

Outre la qualité, tenir votre site à jour est également important. Et pour ce faire, vous devez publier du contenu à base régulière. Grâce à son algorithme Caffeine, Google est désormais capable d’indexer rapidement et instantanément des pages Web. Les sites à jour avec les articles récents en sont avantagés.

  1. L’optimisation autour d’une idée et non d’un seul mot clef

Auparavant, on se concentrait sur le mot clef principal dans sa stratégie SEO. La donne a changé ! Désormais, l’optimisation avec un groupe de mots, une idée est aussi prise en compte.

Grâce à des algorithmes comme Hummingbird ou RankBrain, Google a amélioré la compréhension des recherches. Aussi, les internautes ont la possibilité de faire leur requête avec une phrase entière ou des termes avoisinant le mot clef principal. Les résultats restent tout aussi pertinents et seront ramenés vers ce dernier.

Pour les webmarketeurs, cela signifie qu’il faut étendre et enrichir les contenus, cibler non plus un seul mot mais plutôt le champ lexical du mot clef principal.

D’ailleurs, la répétition d’un seul mot clef amène à la suroptimisation. Travailler son champ lexical évite une telle situation. Cette pratique contribue également à vous positionner sur toutes les variantes reconnues par les moteurs de recherche.

En outre, le développement de la recherche vocale est déterminant pour que l’on passe désormais vers des contenus plus riches. Avant, les internautes tapaient un mot clef pour faire leurs requêtes. A présent, avec la recherche vocale, ils se posent une question ou énoncent une phrase. Ce qui demande de travailler l’ensemble du contenu pour y mettre les mots et phrases utilisés dans le domaine concerné.

  1. Inclure des liens sortants dans les contenus

Ajouter des liens sortants à votre article améliore sa notoriété. Cette pratique renforcera son autorité et le mettra dans un cercle sémantique bien défini.

Pour les moteurs de recherche, les liens, qui pointent vers un autre site, indiquent les thématiques dans lesquelles le vôtre évolue. Des liens qui redirigent vers des sites de bonnes réputations et de notoriété améliorera votre image auprès des moteurs de recherche et vous donnera une certaine légitimité.

En ce sens, il faut choisir les liens avec méthodologie. Si des sites qualifiés donnent plus de notoriété, le contraire peut également se présenter.

  1. Créer des liens internes pour optimiser le référencement

Le maillage interne joue un rôle important sur le référencement naturel de vos pages Web. D’autant plus qu’il fluidifie la navigation sur votre site. L’internaute pourra facilement passer d’une page à une autre et découvrir d’autres sujets qui l’intéressent.

La réussite d’un maillage repose également sur l’optimisation sémantique de vos contenus. L’ancre de lien doit inclure le mot clef cible de la page de destination. Une bonne optimisation de l’ancre est nécessaire pour que la stratégie soit efficace.

  1. Proposer des contenus qualifiés pour favoriser les interactions

Les moteurs de recherche tiennent compte des réactions de vos visiteurs sur votre site. Ainsi, plus vos contenus en génèrent, plus ils seront considérés comme utiles aux internautes et qualifiés.

L’objectif est que les internautes interagissent avec votre contenu : partage sur les réseaux sociaux, inscription à une newsletter, consultation d’une page ou d’une vidéo, etc.

Pour arriver à engendrer de telles réactions, il est important de mettre en avant des contenus à haute valeur ajoutée pour les internautes. Raison pour laquelle la rédaction web nécessite soin et attention.

En plus de viser l’optimisation SEO, le travail de rédaction doit chercher à produire des contenus qui plairont aux internautes cibles.

  1. Travailler sur les rich snippets

Les rich snippets sont ces extraits qui s’affichent en dessous de l’URL. Définitions, avis consommateurs, données relatives à un individu ou à l’adresse d’une entreprise peuvent par exemple y figurer.

Ces rich snippets, ou extraits enrichis, aident les moteurs de recherche à cerner le contenu de vos pages. Ils aident donc à faire apparaître votre page suite à une requête déterminée.

Du point de vue de l’internaute, ils donnent une idée du contenu du site, et l’incite à le parcourir. Un avis client positif peut par exemple donner à un internaute l’envie d’aller sur le site.

  1. Le design et l’architecture du site, des éléments déterminants

Le temps de chargement du site, son accessibilité, sa compatibilité mobile sont autant d’éléments qui comptent pour les moteurs de recherche. Ainsi, la création de contenu doit s’accompagner d’un travail d’amélioration du site. De cette manière, tous les éléments seront réunis pour réussir votre stratégie d’optimisation SEO.

En somme, un mix entre un site performant et un contenu qualifié sera la base d’une stratégie SEO efficace. Pour cette année encore, les moteurs de recherche n’ont qu’un seul objectif : répondre au mieux aux demandes des internautes. Pour cette raison, tous les composants du site jouent un rôle majeur.

Nouveaux tarifs Copyscape pour 2018

Depuis que Google a mis en place un algorithme capable de détecter les contenus dupliqués, la guerre contre le copié-collé est déclarée. Et le plus difficile est que même la moindre partie dupliquée peut vous porter préjudice. Il est donc indispensable de recourir à des outils pouvant réaliser une analyse détaillée de vos contenus et pister d’éventuels éléments dupliqués.

Copyscape est un outil de vérification, dédié à ceux qui travaillent dans la production de contenus. Il vous aide à trouver chaque partie dupliquée de vos contenus, même les extraits les plus courts.

Trouver le duplicate content à la manière des algorithmes de Google avec Copyscape

Les duplicate content sont un des principaux ennemis d’une stratégie SEO efficace. La moindre partie dupliquée dans vos contenus amène Google à déclasser votre page. Aux yeux du moteur de recherche, celle-ci n’est pas de bonne qualité et ne serait donc pas présentée dans les meilleurs résultats.

Les algorithmes de Google travaillent en permanence pour détecter les contenus dupliqués ou fortement similaires. Ils s’attaquent principalement aux pages Web qui reprennent des blocs de contenus issus d’une autre page appartenant au même domaine ou à un domaine différent.

L’algorithme compare les pages pour déterminer celle qui contient le contenu original et qui sera la plus pertinente. Celle-ci sera présentée dans les premiers résultats tandis que les autres seront renvoyées en bas de classement.

Pour éviter d’avoir des contenus dupliqués et d’être déclassé, il faut donc comparer les vôtres à ceux qui sont déjà indexés par Google. Et c’est justement de cette manière que Copyscape fonctionne.

Un scan précis avec des résultats détaillés

Copyscape scanne vos contenus dans le but de trouver les parties identiques à celles d’autres pages Web qui sont dans l’index de Google. Un listing des parties dupliquées et similaires sera ensuite présenté, avec l’URL de la page qui les contient. Même vos propres pages peuvent y figurer si vous avez repris des contenus provenant de ces dernières.

Vous pouvez consulter les pages pour vérifier les parties identiques et les corriger.

Un service pour protéger vos contenus d’un plagiat

En dehors du service de vérification de vos contenus, Copyscape propose également une offre dédiée à les protéger du plagiat. Grâce à CopySentry, vous pouvez identifier les sites qui essaient de reprendre vos contenus.

Ce service vous permet de suivre régulièrement vos pages et de vérifier d’éventuelles copies de vos contenus sur le Web. Une alerte vous sera envoyée s’ils sont retrouvés sur des sites Web.

L’utilisation de CopySentry vous aide donc à prévenir le plagiat et à préserver vos contenus.

Comment vérifier ses contenus sur Copyscape ?

Pour le scan de vos contenus, Copyscape propose un service gratuit et une offre payante. Copyscape Premium, le service payant, réalise une détection plus approfondie que le service gratuit. Et bien entendu, vous accédez à plus de fonctionnalités :

  • Une vérification complète de vos nouveaux articles ou des contenus déjà mis en ligne ;
  • Le service Batch Search qui sert à analyser votre site, avec une capacité de scanner dans les 10 000 pages en une seule opération ;
  • Lier plusieurs comptes d’utilisateurs à votre compte Copyscape et suivre leurs activités ;
  • La possibilité d’exclure certains sites de la vérification, tels que les vôtres ;
  • Vérifier automatiquement vos nouveaux contenus à travers un module Copyscape intégré à votre système de gestion de contenus.

Pour profiter de l’offre Premium, il faut débourser 5 centimes par recherche. Le montant que vous payez vous donne accès à un certain nombre de crédits. Le nombre de crédits équivaut à celui des recherches que vous pouvez effectuer sur Copyscape.

Toutefois, dès le mois d’avril 2018, un nouveau mode de tarification sera mis en place. Avec celui-ci, le montant d’une recherche varie en fonction de la longueur du contenu à vérifier.

Ainsi, il faut payer 3 centimes pour les 200 premiers mots du contenu, et ajouter 1 centime de plus tous les 100 mots supplémentaires.

Récapitulatif du tarif proposé sur Copyscape

Nombre de mots du contenu

Coût par recherche

Ancien tarif

Nouveau tarif

200

5c. 3c.
300 5c.

4c.

400

5c. 5c.
500 5c.

6c.

750

5c. 8,75c.
1000 5c.

11c.

1250

5c. 13,75c.
1500 5c.

16c.

1750

5c. 18,75c.
2000 5c.

21c.

Le nouveau tarif sera appliqué à partir du 2 avril 2018. Le nombre de crédits sera remplacé par une solde de compte. Le nombre de recherches que vous pouvez réaliser sera donc fonction de votre solde.

Pour les crédits restants, ils seront inclus dans votre solde, un crédit équivaut à 5 centimes.

L’arme secrète de Huawei : Kirin 970, adversaire d’Apple et Samsung

Le marché des logiciels d’intelligence artificielle IA intéresse fortement les sociétés à cause de leurs performances. Dévoilée à l’IFA de Berlin le samedi 2 septembre après midi, la puce pour smartphone embarquant une unité dédiée IA du géant chinois Huawei :Kirin 970.

Des caractéristiques avec des niveaux jamais atteints

Ces logiciels IA ont l’aptitude de réfléchir comme des personnes. Ces sociétés friandes de haute technologie automatisent plusieurs tâches, exploitent des données éparses ou encore communiquent avec leurs clients avec des programmes de chat bots. Qu’en est-il de la dernière née de Huawei en matière de puce pour smartphones ?

Pour déceler ces différences comparées à la précédente mouture, la puce Kirin 960 (équipant le smartphone Mate 9), Huawei a fabriqué la Kirin 970 avec une gravure fine, 10nm. Ce petit bijou est doté d’un CPU de 4 ARM Cortex-A73, qui est cadencé à 2,4 GHz et 4 ARM Cortex-A3 cadencés à 1,8 GHz (processeur octocore).

Par rapport au chipset 960, la Kirin 970 offre des performances graphiques 20% supérieures grâce à son GPU ARM Mali G72MP12, mais s’avère moins énergivore !

Niveau connexion Internet, la puce Kirin 970 autorise des débits de 1,2 Gbit/s (4G catégorie 18), connexion cellulaire sur 2 SIM en parallèle.

IA et NPU ou Neural Processing Unit

Une unité entièrement dédiée à l’intelligence artificielle : voici la grande nouveauté de cette puce nouvelle génération. Pour la première fois, une unité est dédiée à l’intelligence artificielle sur un smartphone !

Prévu pour équiper le prochain smartphone Huawei Mate 10, ce composant ajoutera par exemple le nouvel assistant intelligent de Huawei, un système de reconnaissance vocale et d’images améliorées.

Selon Richard Yu, le CEO de la marque chinoise, la puce Kirin 970 équipant le smartphone Mate 10 donnera l’avantage à Huawei en se positionnant dans les mêmes courants qu’Apple (iPhone 8 ou iPhone X et leur processeur A11) et Samsung. Ainsi, ce nouveau processeur permettra au chinois de concurrencer des marques haut de gamme avec déjà un avantage non des moindres : la puce Kirin 970 préserve davantage la batterie des smartphones !

Le smartphone Huawei Mate 10 sera le premier smartphone à bénéficier du support de Kirin 970 et sera annoncé le lundi 16 octobre de cette même année.

Un aperçu vidéo de 6 secondes dans les résultats de recherche

Une nouvelle fonction devrait être proposée par Google toujours pour améliorer l’expérience client : une preview en vidéo visible dans les SERP qui sera lue automatiquement.

Du contenu vidéo pour la recherche instantanée et l’organisation des résultats

Le cœur du business de Google, malgré sa multiplicité de services, reste l’expérience de recherche et l’organisation des résultats de recherche. « Instant Search » fut une de ces révolutions, avec peu de temps après « Instant Preview ». Cette option de visualisation instantanée permet aux internautes de ne plus voir un site web et d’avoir à la demande une capture d’écran (page d’accueil, landing page). Pour activer l’option « Aperçu instantané », l’internaute (mobinaute) doit cliquer sur la petite loupe située à droite des résultats. Un simple survol de la souris sur tous les résultats offre une vue d’ensemble du site web (affichage de la page entière dans un format lisible). Les mots-clés saisis apparaissent bien en surimpression sur la capture d’écran.

D’une durée de 6 secondes, cette minividéo de présentation sera visible dès les SERP (ou résultats de recherche). Cette fonctionnalité est en cours de développement sur mobile chez google (navigateur Chrome, application Android). Une fois les résultats affichés, les sites avec des vidéos sont rassemblés avec des aperçus animés.

Sur l’exemple de YouTube

Les vidéos YouTube sont connues pour être des amorces à clics : un titre percutant, accrocheur, incite l’internaute à visionner une vidéo (et dans notre cas, visiter un website).

Dans le concept, il s’agit pour Google de répondre instantanément aux requêtes de l’internaute en quelques secondes sur l’exemple des vignettes animées lues automatiquement avec le survol de la flèche de souris (YouTube), sans avoir à cliquer sur le lien du site web. À terme, la mise à jour de Google aura un impact négatif sur les sites non présents dans le carrousel vidéo des résultats de recherche et sur les taux de clics des vidéos.

Quels appareils concernés par cette mise à jour ?

Pour le moment, les résultats de recherche sur les desktop, ordinateurs iOS et Windows ne sont pas concernés. La prévisualisation vidéo concerne principalement les applications mobiles Google Android et Google Chrome pour tablettes et smartphones. Les mobiles connectés en Wifi pourront ainsi permettre à l’internaute de visualiser ces minis vidéo dans les SERP.

La fonction “Instant Search” supprimée du moteur de recherche de Google

Google vient de mettre fin à la fonction “Instant Search” de son moteur de recherche. Cette fonctionnalité permettait d’avoir accès à différents résultats de recherche au fur et à mesure de la saisie.

Le géant du Web a choisi de faire ainsi afin d’harmoniser l’expérience utilisateur entre mobile et ordinateur.

Instant Search, une fonctionnalité pratique pour les utilisateurs

La fonctionnalité “Instant Search” est apparue en 2010. Elle permettait aux utilisateurs d’avoir accès à différentes propositions de recherche relatives au mot clé qu’il tape. Ainsi, au fur et à mesure de la saisie des mots clés, l’internaute peut directement obtenir des pages de résultats qui correspondent à sa requête.

L’instantanéité était l’aspect apprécié de cette fonctionnalité. En un millième de seconde, l’internaute peut voir différents résultats de recherche. Ainsi, les recherches se faisaient rapidement si, aux premiers mots saisis, on tombe sur une page de résultats qui correspond à sa requête.

Suite à la décision de Google, cette fonctionnalité ne sera plus disponible.

Une expérience utilisateur harmonisée entre l’interface mobile et ordinateur

Selon Google, il a choisi d’enlever la fonction “Instant Search” en raison de l’évolution des pratiques des utilisateurs.

En effet, le géant du Web a constaté que le nombre d’utilisateurs qui effectuent des recherches via un appareil mobile a augmenté. Il trouve donc judicieux d’enlever cette fonctionnalité jugée incompatible avec l’interface mobile.

Les interactions sont bien différentes de celles sur un ordinateur sur un mobile. Les contraintes liées à la taille de l’écran empêchent également les mobinautes de profiter pleinement de cette fonctionnalité. Jugé inadapté pour ce type d’utilisateur, Google trouve donc approprié d’enlever cette fonction.

Et ainsi, il met en place une expérience utilisateur unifiée à travers les appareils mobiles et les ordinateurs. L’objectif étant de rendre l’expérience utilisateur plus fluide et les recherches plus rapides, que ce soit sur des terminaux mobiles ou sur Desktop.

Il faut savoir que la fonction d’autocompletion reste présente sur le moteur de recherche. Celle-ci fonctionne de manière à suggérer des mots clés fréquemment utilisés, en rapport avec ceux entrés par l’internaute.

A partir de maintenant, l’internaute ne verra plus que ces suggestions de recherche, et finies les pages générées automatiquement.